s’aligner sur un maître ascensionné, guru et chela

S’aligner sur un Maître Ascensionné.

Comment pouvons-nous communier le mieux avec un Maître Ascensionné? Le moyen le plus efficace de s’aligner sur un Maître Ascensionné est de se concentrer sur son portrait. Ce portrait contient le schéma énergétique du Maître. Les portraits de beaucoup de Maîtres Ascensionnés peuvent être obtenus chez AMTF.

La seconde méthode pour se « brancher » efficacement sur le conscience d’un Maître Ascensionné est d’écouter de la musique contenant sa note-clé. Une note-clé est une série de notes, et cette série s’insère dans une mélodie connue. Par l’intermédiaire de Géraldine Innocente, les Maîtres ont révélé certaines compositions musicales contenant les notes-clés de divers Maîtres. Dieu crée en musique, et tout individu est créé en accord avec une certaine note-clé. Les Maîtres Ascensionnés n’y font pas exception.

Est-il suffisant d’utiliser le nom du Maître pour s’assurer de sa pleine dynamique accumulée? Non! Faire état du seul nom du Maître n’assure que partiellement sa dynamique. Pour s’assurer de sa pleine dynamique accumulée, nous devons nous brancher sur sa conscience; alors, les résultats seront multipliés par mille. Quand il pense au Maître, utilise son nom, regarde son portrait, joue sa note-clé et demande sincèrement que les pensées et sentiments du Maître affluent dans son propre monde, le chela commence l’expérience d’une vraie communion spirituelle. Alors, quand le chela émet un décret au nom et par la nature du Maître, il dispose, en plus de la sienne propre, de la pleine puissance de la dynamique du Maître.

De cette façon, le chela peut exécuter des tâches et manifester des expressions de Dieu que, par lui-même, il ne suffirait pas à exprimer. Pour que les résultats soient de nature durable et permanente, la contemplation de la conscience du Maître devrait devenir le pivot de son application. Ce faisant, le chela commence à ressentir, d’abord faiblement, comment le Maître lui-même aborderait une situation, rendrait un service et dissiperait une quelconque apparence de souffrance.

Le Gourou et le chela.

La tendance du chela est de s’appuyer sur le Maître, plus expérimenté et plus fort. Cependant, le chela doit suivre le chemin sur la base de son propre pouvoir, et il ne doit pas être porté par le Maître. C’est par ses erreurs que l’étudiant apprend la sagesse.

Il est sage que l’étudiant sincère dresse l’inventaire de ses acquis intellectuels et spirituels, mais il devrait aussi faire de même pour ses déficits, qui comprennent toutes les tendances et faiblesses humaines; il devrait essayer de les éradiquer l’une après l’autre de sa conscience, car s’il ne le fait pas, elles seront plus tard les pierres d’achoppement les plus importantes pour son progrès.

Si, pour chaque décision qu’il est amené à prendre, l’étudiant veut bien écouter la petite voix intérieure silencieuse, il entendra certainement le Maître lui parler et le conseiller à propos de la procédure la plus sage et appropriée à adopter.

A mesure que le voyageur sur le chemin grandit en âge, en sagesse et en expérience, il ressentira mieux la proximité de son invisible mentor,  et même s’il ne peut pas le voir de ses yeux de chair, il sentira indéniablement la radiation et le réconfort de cette présence aimante, tellement intéressée, mais de manière altruiste, à son bien-être. Il trouvera que le Maître, qu’il a cherché à l’extérieur, est en fait plus près que ses mains et ses pieds et plus proche que son souffle.

Est-il possible que les chelas vivent des situations dans lesquelles ils affrontent les épreuves de plusieurs incarnations alors qu’ils demeurent dans le même corps physique? Oui! Quand un individu arrive sous la direction personnelle de Saint-Germain en tant que conducteur actif du rayon violet, il dispose du merveilleux privilège d’assumer plusieurs incarnations en une seule, sans devoir rejeter le corps physique. Durant cette incarnation, il se retrouvera dans de nouveaux environnements, où amis et situations changent constamment. Des opportunités additionnelles lui seront octroyées pour surmonter ses mauvaises habitudes et pour atteindre la maîtrise.

Pour corriger les schémas de disharmonie du passé, l’étudiant doit être positif, déterminé, et procéder avec confiance. Qui a la volonté et la détermination de changer ses schémas de disharmonie avec suffisamment de sincérité et de ténacité dans les sentiments devient le maître des circonstances. Ne vous découragez pas dans vos tentatives de mettre votre monde en ordre! Remettez l’ouvrage sur le métier, sachant qu’avec Dieu, vous formez une majorité et que vous prévaudrez.

Chez les Maîtres, il y a différents degrés dans la discipline. Les Maîtres Sérapis Bey, El Morya et Hilarion sont connus pour être plutôt stricts. Kuthumi, Jésus et Mère Marie sont d’une nature plus douce. Symboliquement parlant, El Morya est connu pour hisser ses chelas par la face verticale de la montagne. Pendant l’escalade, le chela peut déchirer ses vêtements et se blesser, mais il arrive relativement vite au sommet de la montagne (la Montagne de l’Accomplissement).

Normalement, un Maître travaille avec un étudiant qui est du même rayon que lui. Par exemple, si l’étudiant est du Deuxième Rayon, il travaillera avec Kuthumi, Lanto ou le Seigneur Maitreya. Mais il pourrait aussi travailler avec Jésus, car Jésus est Instructeur du Monde, et cette activité relève du Deuxième Rayon.

Le Maître partage sa compréhension de la Loi, mais il doit y avoir un effort concomitant et permanent de la part du chela.

Quand un chela équilibre les efforts d’un Maître par l’application et le service, alors, par cet usage constructif de l’énergie, le Maître croît en grâce, et le bien accumulé s’accroît également dans sont corps causal. C’est pourquoi les Maîtres aiment à être invoqués. Cela leur permet d’accomplir dans le futur des tâches plus élevées. S’il est invité à le faire, le Maître suggère une ligne de conduite qui profitera au développement spirituel du chela. Les Maîtres disent qu’un tel programme est similaire à celui d’un entraîneur qui encourage son cheval à sauter des obstacles de plus en plus hauts et à le faire avec aisance et dignité. Même si le Maître fait de son mieux pour instruire le chela, les résultats finaux seront toujours aléatoires, parce qu’il ne sait pas comment le chela réagira dans certaines situations en raison des faiblesses inhérentes à sa nature. Quand le Maître se rend compte que son association crée une tension, un stress, le chagrin, il referme la porte avec miséricorde, partiellement ou entièrement, de manière à ce que le chela retrouve sa paix dans une progression plus lente et sereine. Le Maître ne peut ni ne veut que sa relation avec un chela soit contraignante. Il dépend de l’effort volontaire du chela.

Voici une question souvent posée: « Pourquoi un Maître n’apparaît-il pas à son chela? » La réponse ne peut être donnée en une phrase. Nous sommes en incarnation sur Terre pour atteindre la maîtrise, essentiellement par nos propres efforts. La présence réelle du Maître, avec son niveau vibratoire élevé, serait un vrai choc pour nos corps intérieurs peu développés. De plus, les Maîtres ne disposent pas d’une somme illimitée d’énergie pour traiter avec l’humanité. S’ils l’avaient, tous les problèmes de l’humanité seraient résolus depuis longtemps. Traverser le royaume psychique et apparaître dans un corps de Maître Ascensionné pour atteindre la conscience d’un individu demande une quantité d’énergie considérable. cette énergie trouve un meilleur emploi dans des situations où, par exemple, le Maître peut diriger un groupe au travers de la conscience d’un chef de groupe, ou mieux encore, au travers d’un messager entraîné et d’un groupe de collaborateurs dévoués qui répandront le message partout sur la Terre.

Dans l’article qui suit, le Maha Chohan parle de la relation sacrée entre le Maître et le chela; il dit comment le chela est sélectionné pour le service. Cet article date des années cinquante, mais il est toujours valable pour le chela d’aujourd’hui:

« La Loi du grand univers veut que nous répondions à vos appels par notre présence. La courtoisie ne nous permettrait pas de nous ingérer sans être invités à le faire. Cette invitation ne doit pas venir de vos lèvres, mais de vos cœurs. Elle s’est élevée de vos cœurs en une série constante, ininterrompue, d’invocations qui construisent une dynamique aux niveaux intérieurs.

« Puis-je me présenter à vous en tant que Saint Consolateur de la Terre et de son peuple. Je vous connais bien, mes enfants! Au moment de votre naissance, j’ai été celui qui a imprimé votre premier souffle dans vos narines. J’ai été aux côtés de votre mère et vous ai conféré le don de la vie par le souffle qui a assuré votre incarnation pour une période donnée et, quand votre temps de vie sera fini, je prendrai moi-même dans mon cœur votre dernier soupir. Ne voyez-vous donc pas combien je suis intéressé, et de manière vitale, à ce que vous faites de votre vie et de votre souffle, car c’est un don que ma présence vous fait!

« Les sept grands Chohans qui servent sous mon autorité confèrent souvent avec moi dans ma résidence de Ceylan, en Inde, et vous tous dans cette pièce appartenez à l’un ou l’autre de ces sept brillants Fils du Ciel.

« L’humanité a perdu la connexion avec le Royaume des Maîtres, et il a été exigé que soit formé un ‘pont’ de notre octave vers la vôtre, afin que nous puissions vous communiquer les activités de la Fraternité.

« Nous sommes des Etres réels, vivants et respirants. Nous sommes engagés dans des activités essentiellement axées sur la libération de l’humanité des pièges des sens. Au moment de notre Ascension, chacun de nous a renoncé au nirvana et s’est offert à rester en qualité de Frère gardien des évolutions de la Terre, jusqu’à ce que tout homme, toute femme et tout enfant, de même que toute vie appartenant à cette évolution, soient libres en Dieu.

« Nos efforts pour aider l’humanité dépendent des énergies volontaires libérées par les esprits incarnés. Vous êtes les individus peu nombreux et favorisés qui peuvent le mieux servir les sept Chohans, et vous-mêmes pouvez choisir pour collaborateurs les individus que vous estimez avoir une affinité pour votre cause et qui, au cours d’épreuves, ont démontré leur loyauté, leur valeur et leur fidélité. Chacun des Chohans a examiné les nombreuses incarnations de ses chelas et étudié comment ils réagissaient au stress, à la tension, à l’épreuve, car gravir tout droit la Montagne de l’Accomplissement exige endurance, équilibre et sensibilité à la vérité, en plus de la capacité de faire face au ridicule, sachant que la Loi est la Loi et qu’elle est irréfutable, et que celui qui sert le Maître n’attend aucune récompense autre que d’avoir l’occasion de rendre chaque fois un plus grand service.

« Les énergies qu’utilise l’humanité passent par mon corps et par ma conscience de Maha Chohan. Par ma conscience passe également la lumière des Chohans. Nous connaissons par expérience la beauté et l’amour contenus dans chaque électron affluant de votre Présence dans votre cœur. Nous savons que chaque électron renferme le pouvoir de Dieu lui-même. Nous avons toujours un profond respect devant le don de la vie et, pour plusieurs raisons, il est de ma responsabilité de vérifier que la vie des Chohans s’investisse de sage manière:

–  Car ils sont mes Fils bien-aimés et mes collaborateurs. En un sens spirituel, je suis leur père, et je sais que s’ils prennent leur essence de vie et vous la donnent, ils en répondent devant les Seigneurs du Karma et doivent prouver qu’au moyen de cette vie, vous avez rendu un bon service et que leur investissement a été sagement effectué.

–  Si les Chohans investissaient en vous les énergies de leurs vies et qu’en retour, vous n’apportiez aucun bienfait personnel au service de la vie, ils devraient les compenser par quelque autre service cosmique. Dans le cas où vous prendriez leurs visitations, leur amour et leur grâce pour un simple amusement de conscience plutôt que pour l’émulation à servir notre cause, et parce que je vous aime, je n’aimerais pas voir retomber sur vos épaules le karma de la léthargie!

–  C’est pourquoi, quand chacun de vous s’est présenté devant moi, accompagné de son Sponsor, j’ai examiné les possibilités de votre service à la vie et, avant de conférer au Chohan le privilège de vous atteindre, en moi-même je me suis convenablement assuré que vous aimiez la vie et que si le Chohan vous donnait son énergie, ce partenariat serait d’un bénéfice mutuel. J’ai prié le Dieu de toute vie pour que l’étroite relation entre Gourou et chela produise un resplendissant schéma de lumière que le Chohan pourra présenter aux Seigneurs du Karma en votre nom. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *