les deux premiers âges d’or

Introduction.

Cette partie n’est qu’un bref résumé de l’histoire de l’humanité aux Ages lémurien et atlante. Le but principal de cette leçon est de montrer que lorsque l’humanité fut capable de qualifier l’énergie divine de façon constructive, la civilisation atteignit un haut degré d’accomplissement. En revanche, lorsque l’humanité, dans son ensemble, n’écouta plus la petite voix tranquille intérieure, et lorsque la prêtrise devint spirituellement arrogante, cette attitude produisit la chute de la civilisation, le plus souvent accompagnée par des cataclysmes.

Aujourd’hui, selon les Maîtres, nous sommes littéralement assis sur un baril de poudre. Espérons que les leçons dégagées de l’histoire des civilisations de la Lémurie et de l’Atlantide seront prises au sérieux! Même s’il peut être impossible d’empêcher tous les désastres naturels, tout espoir n’est pas perdu que l’amplitude des catastrophes puisse être réduite et que beaucoup de souffrances puissent être épargnées. Par chance, il ne faut pas beaucoup d’étudiants pour accomplir ce prodige. La qualité de la conscience, le désir humble et sincère de servir et l’engagement envers la cause de la Grande Fraternité Blanche sont les facteurs les plus importants.

Les deux premiers Ages d’Or.

 

L’avènement de l’homme sur la Terre.

Il y a plusieurs millions d’années (4,5 d’après ce livre), un 21 mars, au solstice du printemps, Hélios et Vesta décidèrent d’amener, pour qu’elle s’incarnât sur Terre, la première sous-race de la première race souche. Furent présents à cet événement, en plus des membres de cette race et d’Hélios et Vesta, des Membres du Royaume angélique, dont l’Archange Michel, les Directeurs des éléments terre, eau et air, soit Virgo, Neptune et Bélier, le Maha Chohan, le Manu de la première race et les Esprits Gardiens. Parmi les Esprits Gardiens, il y avait Sanat Kumara, un Etre Ascensionné de Vénus, et Zoroastre, un Etre du Soleil Central représentant l’élément feu.

Un rayon de lumière gigantesque fut projeté du Soleil, et la descente majestueuse vers la Terre commença. L’Archange Michel fut le premier à toucher terre. Il fit le vœu d’apporter aide et assistance à toute l’humanité jusqu’à ce que le dernier courant de vie eût fait son Ascension. Puis, le Maha Chohan établit la Flamme du Réconfort.

La descente eut lieu dans le voisinage des Montagnes du Teton, dans le Wyoming. Cette Retraite des Montagnes Rocheuses est le plus ancien foyer des Maîtres Ascensionnés sur la Terre. Elle se nomme aussi Temple de la Précipitation. Précipitation veut dire « aller vers l’avant »; cela se réfère à l’avènement de l’homme sur Terre. C’est à partir de là que les hommes nouveau-nés allèrent au nord, au sud, à l’est et à l’ouest pour porter la lumière de Dieu.

L’homme dans le Jardin d’Eden.

Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait et trouva que c’était bien (Genèse 1-31). Ce compte rendu s’applique aux deux premiers Ages d’Or et aux trois premières races souches, période au cours de laquelle il n’y eut aucune imperfection. L’humanité vivait dans le Jardin d’Eden. E-don signifie obéissance à la divine sagesse, activité omnisciente de la conscience. Pendant cette ère, aucun courant de vie n’usa de l’énergie pour créer des vibrations discordantes. La Terre était aussi harmonieuse que le ciel. Chaque individu était une note d’une grande symphonie, en complète osmose avec son Je Christique et sa Présence I AM. Les corps intérieurs de tous vibraient en parfaite harmonie. L’attention de l’humanité reposait sur les choses d’en haut et non sur les choses d’ici-bas.

Nous pouvons nous demander quelle était l’apparence de l’homme à cette époque. Puisque les vibrations de ses habits étaient beaucoup plus hautes qu’elles ne le sont aujourd’hui, le corps physique de l’homme était d’une densité moindre et pourrait être comparé à notre corps éthérique actuel, qui est de substance vaporeuse.

A cet Age d’Or, les corps des hommes étaient lumineux. Leur radiance se déployait aussi loin que les mains pouvaient s’étendre et était perceptible à la vision externe de chacun. Aucune duperie n’était possible, parce que la couleur du rayonnement traduisait immédiatement la pensée et le sentiment. L’humanité ressemblait à ce qu’est notre Je Christique aujourd’hui. Puisque les électrons brillaient au travers du vêtement extérieur, aucune lumière artificielle n’était nécessaire. Le jour et la nuit, tels que nous les avons aujourd’hui, étaient inconnus. La sphère éclatante de pure lumière blanche formait une armure naturelle, gardant à distance les fréquences vibratoires qui n’étaient pas compatibles avec la perfection de la Présence. Ce fut un temps où chacun pouvait contempler sa Présence I AM, marcher et parler avec les Anges et les Etres Ascensionnés. Il n’y avait aucun voile entre eux.

Par le pouvoir de la pensée et du sentiment, l’homme précipitait ce dont il avait besoin sur le moment, que ce fût de la nourriture, de l’habillement, un toit ou de beaux temples. Par le pouvoir du sentiment, l’homme pourvoyait d’énergie des formes-pensées en utilisant la substance lumineuse universelle. Tout ce qui était précipité était utilisé pour le bien de tous. L’attention de chaque homme, femme ou enfant était centrée sur les affaires du Père. Tous n’étaient intéressés que par l’extension des limites du royaume, en cristallisant dans la forme les idées divines qui passaient journellement de la Présence I AM de chaque individu dans sa conscience externe par la corde d’argent. Chaque courant de vie était comme une fontaine d’où jaillissaient de nouvelles idées de la Présence, moulant autour de soi la substance élémentale qui répondait instantanément à son appel, puisqu’il était co-créateur avec Dieu.

Des idées tellement magnifiques étaient projetées en une journée que l’être externe ne pouvait les réaliser toutes. Dans ces conditions, il choisissait les idées qui seraient d’une plus grande bénédiction pour l’univers.

Quoi que l’homme fît dans ces âges anciens, il le faisait bien et avec profusion de détails. Beaucoup d’heures, de mois, et jusqu’à une vie furent consacrés à sculpter une image ou à tisser un tapis.

Ce furent des jours de grand bonheur et de beauté. Il n’existait que la perfection sur tous les chemins de la vie. La malédiction de Caïn (travailler à la sueur de son front), la désintégration et la mort étaient inconnues.

La vie religieuse.

L’éducation, la science et la religion n’étaient pas des branches séparées. Il n’y avait qu’un seul sujet: Dieu et Ses idées. La gloire de l’UN se manifestait dans toutes les avenues de la vie.

Certains courants de vie, utilisant leur individualité, devenaient des spécialistes et entraient en prêtrise. Ils étaient entraînés dans des temples, devenant des experts en précipitation, en éducation et en guérison. Chaque fois qu’un homme sentait s’épuiser en lui une qualité, il visitait un temple et s’en trouvait revivifié.

Le Temple de la Foi Illuminée se situait près de Banff, province actuelle d’Alberta, au Canada. A l’origine, il était taillé dans la montagne. Le Seigneur Michel servait là, et ses sages conseils étaient suivis avec amour. Les gens venaient individuellement ou en groupes absorber la conscience de foi absolue dans la bonté de Dieu.

La Flamme de la Liberté était au Temple de la Liberté et servait à accélérer l’extériorisation du plan divin de l’individu et, par conséquent, son développement. La Flamme de la Liberté, de couleur pourpre, est une activité du Septième Rayon.

Pallas Athéna, Déesse de la Vérité, était Grande Prêtresse au Temple de la Vérité. Les pèlerins lui rendaient visite pour profiter de l’effet magnétisant de la Flamme Verte de la Vérité.

D’autres Esprits Gardiens, parmi lesquels le Grand Directeur Divin, Lanto, Surya et Kwan Yin, en plus de l’Armée angélique, marchaient et parlaient journellement avec les membres des trois premières races souches.

Les sept Archanges étaient alors les sept Chohans. Chohan veut dire « Seigneur du Rayon ». Chaque Chohan était, et l’est encore, responsable d’un rayon. Le Maha Chohan (Grand Seigneur des Rayons) avait, et a toujours, la responsabilité des sept Chohans. L’Archange Jophiel fut le premier instructeur du Monde.

Réincarnation individuelle.

Durant les deux premiers Ages d’Or, les corps physiques des nouveaux habitants de la Terre furent créés par les parents au moyen de rayons de lumière. Par la projection de deux rayons, l’un d’un être masculin et l’autre d’un être féminin, un nouveau corps était créé à l’endroit où les deux rayons se croisaient. Le corps avait immédiatement sa stature adulte; l’enfance était inconnue. Alors, le courant de vie arrivant prenait possession de la forme nouvellement créée. Chaque vie individuelle durait plusieurs centaines d’années, car la vibration de chaque électron, atome et cellule, demeurait en harmonie avec la Présence.

Vers la fin de sa vie, l’individu informait ses parents et amis de sa transition prochaine. Il recherchait alors de nouveaux parents et, avec leur consentement, leur confiait quelques-unes de ses possessions terrestres, telles que livres et documents de recherche.

A l’instant décidé, l’individu marchait dans la Flamme Violette de Transmutation, qui était ancrée dans un temple et entretenue par les prêtres. La flamme éthérisait instantanément la forme physique, et les éléments retournaient à la substance vitale universelle. L’enregistrement de la mémoire, c’est-à-dire l’âme, pénétrait dans les royaumes intérieurs pour un certain temps, puis il était rappelé plus tard, à un moment choisi par l’individu. De cette manière, celui-ci conservait la mémoire entière de ses vies antérieures, était prêt pour une nouvelle incarnation et pour une nouvelle opportunité de croissance et d’accomplissement de son plan divin.

Un minimum de sept incarnations, une pour chaque rayon, était nécessaire pour atteindre l’Ascension. Ce processus se déroula sans interruption pendant les deux premiers Ages d’Or, durant lesquels les trois premières races souches prospérèrent et tous les membres de ces races firent leur Ascension.

Climat et environnement.

Pendant les deux premiers Ages d’Or, l’humanité jouit d’un climat équilibré, de type semi-tropical. Il n’y avait pas d’orages à combattre, ni autres conditions adverses. Il y avait aussi une harmonie parfaite dans le rythme et dans le changement des saisons. Les quatre saisons veillaient à la variation des couleurs et des dessins, de même qu’à la différence des types de récoltes.

Une végétation luxuriante couvrait le sol; il n’y avait ni mauvaises herbes, ni microbes, ni insectes, ni vermine, ni maladie. Les volcans n’existaient pas, car l’action volcanique est due à l’antipathie entre les élémentaux et l’humanité, que ceux-ci étaient venus aider avec amour.

Les animaux, tels que nous les connaissons aujourd’hui, n’existaient pas encore. Ils ne firent leur apparition que lorsque l’humanité eut généré la discorde qui fit suite aux deux premiers Ages d’Or. Toutefois, les oiseaux font partie d’une catégorie séparée. Ils furent créés par des Etres Ascensionnés pour être des messagers envers l’humanité. Quelques-uns revêtirent plus tard certaines qualités de l’homme, ce qui explique leurs activités destructives.

Dans les deux premiers Ages d’Or, les terres étaient toutes reliées les unes aux autres autour du globe. Il y avait également des océans, mais pas de calottes glaciaires. Ces dernières furent causées par la froideur et la violence des humains, et elles disparaîtront lorsque l’humanité irradiera plus d’amour. Le nom d’un des continents existant à cette époque est « Lémurie », également appelé « Mu ».

La surface de la Terre était blanche, comme l’albâtre ou le quartz blanc, et irradiait des couleurs du prisme. Il y avait des rivières, des chutes d’eau, des lacs, des océans, des arbres, de la végétation et des montagnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *