La 2ème dispensation

La deuxième Dispensation du Nouvel Age.

Dans le livre « I AM Discoures », Vol 3, page 335, Saint-Germain déclare que l’impression et la distribution de ce livre, et d’autres, sont le plus grand service que les étudiants puissent rendre. Cependant, après l’Ascension de M. Ballard en 1939, ce livre et d’autres ne furent plus disponibles en librairie. (Certains d’entre eux furent à nouveau accessibles au public dans les années quatre-vingt. Les publications ne furent jamais traduites.)

Pourquoi la Grande Fraternité Blanche est-elle si désireuse que son message parvienne à toute l’humanité? La Loi de Conservation d’Énergie s’applique aux Maîtres Ascensionnés exactement comme aux humains. Les tonnes d’énergie libérées par les Grands Êtres doivent être renvoyées par l’humanité. Comment cette énergie peut-elle être restituée si de nouveaux étudiants n’ont pas accès aux dictées originales?
El Morya a dit:
« Si les étudiants n’ont pas l’occasion d’apprendre la Loi ou en sont empêchés par des obstacles linguistiques et par des restrictions de distribution ou d’impression de l’immense stock de sagesse accumulée, comment peut-on compter sur eux et spéculer sur leur contribution de lumière?

C’est bien dans le but d’atteindre ces millions d’étudiants que cette entreprise (Le Pont vers la Liberté) fut commencée, non pas comme une nouvelle activité, mais comme un complément à la précédente, comme un supplément, non pas comme une activité concurrente. »

Ce fut essentiellement pour cette raison que les Maîtres durent chercher ailleurs pour répandre leur message. Dès 1944, Géraldine Innocente, le Rayon jumeau du Maître Ascensionné El Morya, reçut des dictées. Elle les transmit à un petit groupe d’étudiants. Cependant, ce ne fut qu’à partir de 1952, quand El Morya reçut une dispensation de vingt ans pour délivrer de nouveaux aspects de l’enseignement des Maîtres Ascensionnés, que Géraldine devint un messager autorisé de la Grande Fraternité Blanche et que les dictées furent publiées.

L’autorisation octroyée à El Morya ne le fut qu’à la condition expresse qu’il s’engageait à reconstituer lui-même le stock cosmique d’énergie s’il n’y avait pas de réponse adéquate de la part des étudiants. De nouveau, nous voyons ici en action la Loi de Conservation de l’Énergie.
Géraldine s’était incarnée plusieurs fois en qualité d’oracle de Delphes. Les Maîtres purent l’utiliser comme canal en accélérant les vibrations de ses corps mental et émotionnel et en usant de sa conscience cérébrale et de ses cordes vocales pour la réception.

Comme les dictées de la première Dispensation du Nouvel Age n’étaient pas disponibles pour d’autres étudiants, l’enseignement des Lois de la Vie dut être répété par les Grands Êtres et fut publié comme matériel du Pont vers la Liberté nouvellement créé. De nouveaux sujets furent ajoutés, qui n’avaient pas été traités auparavant (couleur des Sept Rayons, activités des Archanges et des Elohim, retraites des Maîtres Ascensionnés, images et notes-clés des Maîtres, histoire de l’homme avant sa chute, incarnations précédentes des Maîtres et service de la Flamme de transmission). Voilà pourquoi la Fondation pour l’Enseignement des Maîtres Ascensionnés utilise presque exclusivement du matériel original du Pont vers la Liberté.

Frank C. Pita de la Havane, à Cuba, et Mme Francis Ekey se portèrent volontaires pour être respectivement directeur et rédacteur associé du mensuel ‘The Bridge » (Le Pont). Sa première publication eut lieu en avril 1952. La mère de Géraldine, qui est également le Rayon jumeau d’un Maître Ascensionné, apporta son assistance. Elle écrivit des articles sous le pseudonyme T.D. Marches. El Morya devint le rédacteur en chef du Pont sous le pseudonyme Thomas Printz. Selon ses propres déclarations, il choisit le prénom de Thomas à cause de son incarnation précédente en tant que Thomas Moore, un poète irlandais (1779 – 1852). Ainsi, Thomas prints (Thomas imprime) devint Thomas Printz. Il fut également édité un bulletin périodique, Thomas Printz’ Private Bulletin (Le Bulletin Privé de Thomas Printz), qui était accessible aux abonnés du Bridge. Cette publication hebdomadaire contenait des messages d’une sagesse infinie dictés par le Maha Chohan, représentant du Saint-Esprit pour la Terre et pour l’humanité.

Dès que El Morya reçut définitivement sa Dispensation, tous les membres de la Grand Fraternité Blanche le rejoignirent pour l’assister.

Dans ce nouvel enseignement, il était expliqué que les membres de la Hiérarchie Spirituelle se rencontrent douze fois par an, chaque mois dans une retraite différente, ainsi qu’ils l’avaient fait pendant des éons. A chaque rencontre, une certaine somme de radiation est envoyée au peuple de la Terre. L’humanité n’ayant pas connaissance de ce fait, elle n’avait jamais été à même d’offrir ses énergies en retour. En conséquence, les Maîtres n’étaient pas autorisés par la Loi Cosmique à répandre cette radiation au-delà d’une certaine quantité. Il était donc urgent de familiariser les étudiants avec la connaissance des retraites et de leur ouverture, qui changeait à chaque cycle de trente jours, et de les inciter à répercuter dans le monde la qualité divine irradiée par la retraite au moyen de la Flamme de Transmission.

Durant la période de Géraldine, les souhaits des Maîtres furent respectés, et une partie de leurs dictées fut traduite. Plusieurs livres furent traduits en allemand et en espagnol. De nouveaux groupes se constituèrent. Cela créa de nouveaux champs de force permanents, des centres magnétiques qui attirèrent des anges près de la Terre et donnèrent aux Maîtres plus de liberté pour apporter d’autres enseignements et d’autres radiations. Les Maîtres disent que la tâche du Pont vers la Liberté ne sera pas terminée aussi longtemps que le dernier courant de vie n’aura pas traversé ce pont de lumière sur le chemin de son Ascension.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *